Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Accès à l'éducation: la pandémie risque d’accentuer les inégalités

Inclusion en cours d''éducation physique

Inclusion en cours d''éducation physique, © dpa

23.09.2020 - Communiqué de presse

Présentation en Allemagne du rapport mondial de suivi sur l’éducation de l’UNESCO 2020, intitulé « Inclusion et éducation », le 22 septembre 2020

Communiqué de presse conjoint du ministère fédéral des Affaires étrangères, du ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche, du ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement et de la Commission allemande pour l’UNESCO :

*****

 Le 22 septembre, le ministère fédéral des Affaires étrangères, le ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche, le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement et la Commission allemande pour l’UNESCO ont présenté conjointement le rapport GEM 2020 de l’UNESCO sur le thème « Inclusion et éducation : tous, sans exception ». Dans un évènement en ligne, des représentants et représentantes politiques de haut niveau ont débattu avec des experts internationaux des effets de la pandémie sur l’éducation en Allemagne et sur la coopération allemande au développement.

Bien que la communauté internationale se soit fixé pour objectif, dans le programme mondial à l’horizon 2030, d’assurer une éducation de qualité, inclusive et équitable pour tous d’ici 2030, plus de 250 millions d’enfants et de jeunes n’ont toujours pas d’accès à l’éducation. Des millions d’autres sont marginalisés dans le système éducatif en raison de leur origine, de leur identité ou d’un handicap. La pandémie de COVID-19 risque d’accentuer ces inégalités. Ainsi, 40 % des pays à faible revenu et à revenu intermédiaire inférieur n’ont pris aucune mesure pour soutenir les apprenants menacés d’exclusion pendant la crise de la COVID-19. C’est la conclusion du rapport mondial de suivi de l’éducation de l’UNESCO « Inclusion et éducation : tous, sans exception », présenté aujourd’hui en Allemagne. L’UNESCO avertit que la COVID-19 augmentera de près d’un tiers le manque annuel de fonds alloués à l’éducation dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire inférieur, chiffré actuellement à 148 milliards de dollars et qui se monterait à presque 200 milliards. 

La pauvreté, frein décisif à la réussite scolaire

Michelle Müntefering, ministre adjointe chargée de la politique culturelle internationale au ministère fédéral des Affaires étrangères, a déclaré :

    L’éducation est la clé de la participation sociale. Chacun doit être soutenu le mieux possible pour pouvoir exprimer pleinement son potentiel. C’est une question de justice. Mais c’est aussi une obligation que nous avons proclamée, en tant que communauté internationale, dans des conventions internationales. Notre politique culturelle et éducative internationale est forte de notre engagement à assumer ensemble cette responsabilité.

Des partenariats mondiaux pour l’éducation

Maria Flachsbarth, secrétaire d’État parlementaire auprès du ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement, s’est également exprimée :

    Dans un contexte de crise, comme celui de la pandémie de COVID-19, les inégalités existantes s’accentuent dans le monde entier. À cause de la pandémie, plus d’un milliard d’enfants n’ont pas pu aller à l’école cette année. Toute personne a besoin d’un accès à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité. Les partenariats mondiaux pour l’éducation doivent être renforcés dès maintenant. Il nous faut une solidarité internationale pour contrer les effets dévastateurs de cette pandémie sur l’éducation.

En matière d’éducation des élèves handicapés, les législations prévoient un système séparé dans 25 % des pays, et même dans plus de 40 % des États d’Asie, d’Amérique latine et des Caraïbes. En outre, dans de nombreux pays du monde, on ne reconnaît toujours pas suffisamment aux minorités et aux réfugiés le droit d’obtenir une éducation de qualité. Les enfants roms sont séparés du système éducatif de la population majoritaire dans plusieurs pays d’Europe centrale et orientale. Dans les pays de l’OCDE, plus de deux tiers des enfants et des jeunes issus de la migration sont scolarisés dans des établissements où au moins la moitié des élèves sont des immigrants.

Pas après pas vers l’inclusion à l’échelle internationale

Thomas Rachel, secrétaire d’État parlementaire auprès de la ministre fédérale de l’Éducation et de la Recherche, a expliqué :

    Notre ambition est de forger une éducation inclusive à tous les niveaux. Nous devons faire encore plus d’efforts, en Allemagne et dans le monde, pour nous rapprocher progressivement de ce but. Chacun et chacune a droit à une bonne éducation, quel que soit son sexe, son origine, son statut social, son orientation religieuse ou sexuelle ou son handicap. C’est le cap du ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche pour assurer une éducation inclusive solide en Allemagne.

La présentation de ce jour a esquissé la perspective internationale et les évolutions mondiales, mais elle s’est surtout concentrée sur l’importance du rapport GEM 2020 pour le système éducatif allemand. La ministre et présidente de la conférence permanente des ministres de l’éducation et des affaires culturelles des Länder en République fédérale d’Allemagne, Stefanie Hubig, a notamment dressé un bilan et les perspectives de l’égalité des chances dans l’éducation en Allemagne.

Même si la communauté internationale a encore beaucoup à faire, de nombreux exemples montrent comment réussir l’inclusion. Avant de publier son rapport annuel, l’UNESCO avait mis en exergue des bonnes pratiques en matière d’éducation inclusive, comme à l’établissement Marie-Kahle-Gesamtschule de Bonn, dirigé par Sabine Kreutzer. Fondée en 2009, l’école suit la méthode Dalton, qui permet aux élèves d’apprendre en autonomie et à leur rythme. Ce travail a valu à l’école le prix Jakob Muth pour l’éducation inclusive dès 2019.

Dans beaucoup d’autres pays, l’UNESCO a découvert des approches pédagogiques innovantes fondées sur la participation. Il existe ainsi, à Cuba, au Malawi et en Ukraine, des centres de compétences qui aident les écoles généralistes à enseigner également à des enfants ayant des besoins spécifiques. En Gambie, en Nouvelle-Zélande et au Samoa, des enseignants mobiles sont engagés pour toucher les groupes défavorisés. L’État de l’Odisha en Inde assure une éducation multilingue dans 21 langues autochtones et le Kenya adapte son programme au calendrier des nomades vivant dans le pays.

L’inclusion a besoin d’enseignants formés

Walter Hirche, ancien ministre, membre du conseil d’administration et ancien président de la Commission allemande pour l’UNESCO :

    Beaucoup de systèmes éducatifs reposent sur l’assomption que tous les élèves ont les mêmes besoins d’apprentissage. Pourtant, il y a autant de personnes que de manières de se former. Ce n’est pas aux apprenants de s’intégrer au système existant mais au système éducatif de s’adapter à eux. En Allemagne, les choses ont déjà beaucoup bougé ces dernières années. Mais la majorité des enfants et des jeunes ayant des besoins pédagogiques spécifiques apprend encore dans un environnement séparé au lieu de fréquenter des établissements d’enseignement général. Nous devons soutenir les enseignants et enseignantes, dans leur formation initiale et dans des formations continues sur mesure, pour qu’ils puissent s’adresser à tous les élèves sur un pied d’égalité.

Les enseignants jouent un rôle primordial pour impulser davantage de participation dans le domaine éducatif. S’ils sont la clé pour permettre plus d’inclusion dans le quotidien scolaire, il leur faut aussi les outils nécessaires. Un quart des enseignants des 48 pays étudiés ont ainsi exprimé le besoin de suivre une formation professionnelle pour enseigner à des élèves ayant des besoins spéciaux.

 Contexte

En adoptant le programme de développement durable à l’horizon 2030, la communauté internationale s’est engagée à assurer l’accès à tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité. L’UNESCO coordonne la réalisation de cet objectif, évalue les avancées et publie chaque année le rapport mondial de suivi sur l’éducation.


Informations complémentaires

Programme de la manifestation

Résumé en allemand du rapport mondial de suivi sur l’éducation 2020 de l’UNESCO

Version anglaise du rapport mondial de suivi sur l’éducation 2020 de l’UNESCO

Informations sur le rapport mondial de suivi sur l’éducation de l’UNESCO

Portrait de Sabine Kreutzer, directrice de l’école Marie-Kahle-Gesamtschule de Bonn

Portrait de l’école Marie-Kahle-Gesamtschule de Bonn

Retour en haut de page